Vie quotidienne

Utilisation d’autres médicaments

Signalez  à votre médecin ou votre pharmacien tous les médicaments, plantes, vitamines et suppléments alimentaires que vous prenez. Il peut exister une interaction entre ces médicaments qui augmentent ou diminuent les effets du traitement en particulier de certains anticoagulants.

Votre médecin pourra décider d’apporter quelques modifications à vos traitements.

 

Contrôlez votre fréquence cardiaque

Il est utile de savoir prendre soi-même son pouls. Il indique votre fréquence cardiaque et votre rythme cardiaque. Vous pouvez prendre votre pouls en plusieurs points de votre corps. Les deux endroits les plus simples sont les suivants:

  •  Au niveau du cou (moyen le plus efficace pour mesurer son pouls) : au-dessous du lobe de l’oreille, entre les muscles du cou et la trachée (pouls carotidien).
  •  Au niveau du poignet : entre la base du pouce et là où se trouverait un bracelet de montre (pouls radial).

Idéalement, le cœur doit battre régulièrement comme le tic-tac d’une horloge. Il peut toutefois occasionnellement manquer un battement sans que cela soit grave.. En revanche, si votre pouls est irrégulier, il doit être contrôlé par votre médecin.

 

Exercice physique

La fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale peut être source de frustration chez les patients sportifs puisqu’elle empêche les efforts importants. Mais avoir une fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale ne signifie pas que vous ne pouvez pas faire d’exercice physique.  De nombreuses activités vous sont accessibles en fonction de votre âge et de votre état cardiaque.  Vous trouverez certainement une activité qui vous conviendra.

 

Pensez à vous !

La fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale peut entraîner de l’anxiété, surtout lorsque le diagnostic vient d’être posé par votre médecin. Si ces symptômes sont gênants ou si vous craignez qu’un épisode de fibrillation auriculaire démarre soudainement, une technique de relaxation pourrait vous aider. Sachez  que l’anxiété ne doit pas entamer votre conviction à poursuivre votre traitement. Pensez à vous ! N’hésitez pas à parler de vos craintes à votre entourage.

 

Alimentation

Si votre médecin vous a prescrit un régime (pour maigrir, contre l’excès de cholestérol, pour un diabète…) sachez que de légers changements dans vos habitudes alimentaires peuvent faire une grande différence. Demandez à votre médecin si vos médicaments contre les AVC (accident vasculaire cérébral) ont des interactions avec certains aliments et s’il y a des restrictions sur ce que vous pouvez manger.

 

En cas de voyage

Découvrez certaines astuces pour voyager si vous souffrez de fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale afin de minimiser les risques.