Soutenir une personne atteinte de FA

La majorité des personnes atteintes de fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale peuvent mener une vie normale. Voici quelques conseils pour les y aider.

 

Connaître la FA (fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale)

La fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale augmente le risque d’infarctus cérébral, ou accident vasculaire cérébral (AVC).

Renseignez-vous sur la façon dont le risque peut être réduit.

Assurez-vous que votre proche prend bien les médicaments prescrits, ce qui est sûrement la chose la plus importante à faire.

 

S’occuper d’une personne atteinte de FA (fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale)

L’expérience de chacun vis-à-vis de la fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale est différente. Si vous aidez une personne atteinte de fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale, comprenez mieux cette maladie.

  • Facteurs déclenchant : chez certaines personnes atteintes de fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale non permanente, des facteurs déclenchant peuvent engendrer des épisodes de fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale. Il peut s’agir d’une activité physique, de la consommation excessive d’alcool, du stress. Essayez d’aider votre proche à éviter ces facteurs déclenchant.
  • Que faire en cas d’épisode de fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale : Votre proche peut tout simplement s’allonger ou s’asseoir. De nombreuses crises passeront d’elles-mêmes. Aidez votre proche en maintenant une atmosphère calme, en notant à quel moment l’épisode s’est produit et combien de temps il a duré. Soyez attentif aux modifications de la fréquence ou de l’intensité des crises qui devront être signalées au médecin.
  • Que faire en cas d’urgence ? : En dehors du samu (le 15), vous pouvez créer des numéros abrégés pour vos contacts importants sur votre téléphone fixe comme sur votre téléphone portable : médecin, proches… Il est utile que la personne atteinte de fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale possède sur elle une carte d’urgence avec les numéros de téléphone utiles et des précisions sur son état.

La fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale augmente le risque d’infarctus cérébral, ou accident vasculaire cérébral (AVC).

 

Gérer les médicaments

Aider votre proche à prendre ses médicaments peut être vraiment utile dans certains cas.

  • Sachez à quoi sert le médicament : il est important de comprendre à quoi sert le médicament, quand le prendre et quels sont ses effets indésirables éventuels. Lisez sa notice.
  • Aidez votre proche au moyen de pense-bêtes : cela peut prendre du temps d’installer l’habitude de prendre des comprimés tous les jours. Aidez-le en lui rappelant vous-même de prendre les comprimés. Mettez-les dans des lieux familiers, par exemple à côté de la télécommande du téléviseur.
  • Si la personne prend plusieurs médicaments : les personnes atteintes de maladie cardiaque prennent souvent de nombreux médicaments. Votre pharmacien pourra marquer les médicaments avec les jours et les heures de manière à faciliter leur prise. Les pharmaciens sont qualifiés pour vous conseiller. N’hésitez pas à en parler avec eux. Procurez-vous si nécessaire un pilulier comme à l’hôpital.
  • Soyez organisé : conservez un dossier (ou aider votre proche à le faire si cela est nécessaire) avec les numéros de téléphone et les horaires d’ouverture du cabinet du médecin de même que ceux de la clinique, de l’hôpital ou de la pharmacie où votre proche est suivi. Vous pouvez également conserver des informations sur la fibrillation auriculaire ou fibrillation atriale, les médicaments et les rendez-vous dans un endroit auquel vous avez tous les deux accès.