Questions fréquemment posées

1- Si j’ai des doutes sur mon traitement, puis-je l’arrêter ?

En aucun cas. Il est impératif de continuer de prendre son traitement.

L’indication de prise d’un traitement anticoagulant au long cours a pour but de prévenir la survenue de complications thrombotiques graves, notamment des AVC pour les patients atteints de fibrillation atriale. L’arrêt du traitement fait courir rapidement le risque d’une complication thrombotique.

Il est donc très important de prendre ces médicaments à heure fixe et de ne pas sauter de prise médicamenteuse, quel que soit le traitement anticoagulant, antivitamines K (AVK) ou anticoagulant oraux directs (AOD). Si vous avez des questions, parlez-en à votre médecin.

 

2- Qui puis-je consulter si j’ai des questions sur mon traitement ?

Le cardiologue, le médecin généraliste ou le pharmacien sont des interlocuteurs qui peuvent répondre aux questions que vous vous posez, tant sur les traitements que sur les implications qu’ils ont dans la vie quotidienne.

Enfin, des associations de patients existent et encouragent les patients à se parler. Vous pouvez notamment vous adresser à l’Alliance du Cœur, France AVC et Aphasiques de France.

 

3- Pourquoi n’y a-t-il pas de contrôle d’INR avec les AOD comme c’est le cas avec les AVK ?

Les AVK et les AOD sont des médicaments qui ne fonctionnent pas de la même manière dans le processus de coagulation.

Les AVK ont une action variable sur la coagulation, qui doit donc être contrôlée pour adapter la posologie.

Les AOD ont une action stable sur la coagulation, ce qui signifie que leur utilisation ne requiert pas de surveillance régulière de l’activité anticoagulante. Toutefois, il existe plusieurs options de mesure de la coagulation sous AOD qui peuvent être utiles dans des situations cliniques spécifiques, comme une intervention chirurgicale en urgence.

 

4- Que dois-je faire en cas d’INTERVENTION médicale ?

Informez toujours les professionnels de santé que vous prenez un traitement anticoagulant.

Certains soins restent possibles sans interruption des anticoagulants oraux. Cependant, le risque hémorragique doit être évalué par le professionnel de santé.

Le plus simple reste de montrer votre carnet de suivi ou votre carte de surveillance au professionnel de santé, d’où l’importance de les tenir à jour.

5- Que dois-je faire en cas d’oubli ?

Quelle que soit la situation, il ne faut jamais doubler la prise du médicament.

Si vous êtes sous AVK : vous pouvez prendre la dose oubliée dans un délai de 8 heures après l’heure habituelle de prise. Si l’oubli survient peu de temps avant le contrôle de l’INR, le médecin, ainsi que le laboratoire doivent être prévenus afin d’éviter toute erreur dans le calcul de l’INR.

Si vous êtes sous AOD : cela dépend du moment auquel vous avez constaté l’oubli et du traitement qui vous a été prescrit. La dose oubliée peut éventuellement être prise. Le médecin pourra vous indiquer le délai dans lequel le médicament peut être pris après un oubli. Passé ce délai, il faut attendre la prise suivante.